Menu

Théologie et relève de pasteurs : la formation à un carrefour ?

D’ici 2030, l’ensemble du monde occidental connaîtra un manque important de pasteurs. Cette perspective pourrait nous conduire à nier les problèmes ou à gérer la crise à court terme, alors que toute la Bible nous montre que celles et ceux que Dieu a appelés et envoyés ont tous commencé par se mettre à son écoute…


Non, tout ne va pas très bien.

Les plus anciens se souviennent d’une chanson humoristique dont le refrain scandait : « Tout va très bien, madame la marquise ». Sauf que chaque couplet décrivait un enchaînement de circonstances plus catastrophiques les unes que les autres. En serait-il de même pour la question du manque important de pasteur-e-s dans les toutes prochaines années ?

Quelques faits et chiffres :
  • Tous les lieux traditionnels de formations aux ministères d’Église ont vu leurs effectifs chuter ces vingt dernières années. En Suisse, il a fallu fermer la faculté de théologie de Neuchâtel. A Bruxelles, la faculté réformée survit grâce à l’apport des étudiants africains…
  • La génération du baby-boom d’après-guerre commence à partir en retraite et cela vaut aussi pour les pasteurs. Dans les pays francophones, des centaines de pasteurs vont arrêter leur ministère ou les continuer de manière limitée. En Suisse, les postes dans les communautés réformées sont de plus en plus pourvus par des pasteur-e-s venu-e-s de l’étranger.
  • Le monde évangélique s’est engagé dans un travail de croissance des Églises et d’implantation de communautés nouvelles. En France, on en voit les fruits notamment avec le projet du CNEF de favoriser le projet 1 Église pour 10000 habitants (1pour10000.fr). Cela suppose aussi l’apport de pasteur-e-s.

Pris ensemble, ces faits et chiffres soulignent le besoin grandissant de personnes formées aux ministères d’Église, soit pour compenser les départs, soit pour accompagner la croissance.

Un contexte de plus en plus complexe

Depuis les années soixante, on parle de sécularisation et de défiance de nos contemporains vis-à-vis des formes traditionnelles de la religion. On l’explique par l’influence de la télévision dans une société de loisirs, par la difficulté de transmettre la foi d’une génération à l’autre… Mais on note aussi un intérêt croissant pour la spiritualité sous toutes ses formes, à en juger par la littérature proposée dans les bureaux de poste suisses ! La télévision, les journaux, Internet accumulent les reportages sur le surnaturel ou proposent de découvrir celles et ceux qui ont trouvé des portes vers l’invisible. Même si de nombreuses paroisses voient fondre les effectifs de leurs pratiquants en de nombreux lieux, des communautés chrétiennes sont ailleurs en croissance continue. On pourrait aussi observer la courbe de développement des parcours Alpha en France ces vingt dernières années pour se convaincre qu’une attente spirituelle réelle habite le cœur de nos contemporains et qu’il ne fallait pas enterrer trop vite la religion.

Résignation ou défi d’espérance ?

Que pouvaient douze disciples face à l’immensité de l’empire romain ? A vue humaine leur projet était voué à l’échec. Et pourtant 2000 ans plus tard toute la terre a entendu la Bonne Nouvelle. La force de l’Évangile, c’est de rendre possible ce qui n’a aucune chance de succès. C’est dans cet état d’esprit que la HET-PRO, avec le soutien du Réseau Évangélique Suisse et du R3, lance le projet 10010 : Former 100 pasteurs pour nos Églises romandes sur les 10 prochaines années. Mais ni le 100, ni le 10 ne sont en soit décisifs. Ce qui importe ici, c’est le rapport de « puissance » entre les 2 nombres : 100 puissance 10. C’est précisément ce terme « puissance » qui va marquer la promesse de Jésus en lien avec le don de l’Esprit à Pentecôte : « vous recevrez une puissance (en grec : dunamis) et vous serez mes témoins » (Actes 1.8).

Le terme grec est porteur d’une signification dynamique qui contraste avec la peur et le repli des disciples dans la chambre haute. Il en va de même pour nous qui pouvons demeurer tétanisés par les chiffres donnés ci-dessus ou au contraire choisir de ne pas avoir peur. Ceux qui ont porté le projet de la HET-PRO et ceux qui le font vivre ont osé l’espérance pour nos Églises. Ils osent croire qu’avec Dieu les chiffres sont des indicateurs trompeurs. Que sont une huitantaine d’étudiant-e-s, dont la plupart sont à temps partiel, face aux besoins annoncés de nos communautés ? Ils ne sont que les cinq pains et les deux poissons que le Seigneur multipliera !

Écouter, prier et s’ouvrir au souffle de Dieu

Ce récit de la multiplication renvoie aussi à un premier acte de Jésus qui pourrait sembler superflu : rendre grâce. Le carrefour de la formation est aussi celui d’un renouveau de la spiritualité et de la prière à tous les niveaux. Il faut renouer avec une formation qui n’irrigue pas seulement le cerveau théologique avec des informations, des techniques novatrices de leadership ou de croissance de l’Église, mais qui offre une approche globale où tout l’être est vivifié et construit par le souffle de Dieu. Comme Jésus, nous devons apprendre à faire ce que le Père nous enjoint d’accomplir.

Ce n’est donc pas sans raison qu’à la HET -PRO nous proposons chaque jour, de 12h15 à 12h30, une Respiration spirituelle. C’est avec joie et avec fruits que notre rentrée a été ponctuée de 24 heures de prière durant lesquelles, seul ou à plusieurs, des étudiant-e-s ont rempli leur être de la vie d’en-haut. Le programme des cours insiste aussi sur la spiritualité qui n’est pas uniquement envisagée sous l’angle historique mais vise aussi à intégrer les diverses disciplines étudiées en vue d’un agir en Église le plus pertinent possible.

Au-delà de la HET-PRO, c’est chaque chrétien de ce pays, chaque Église de nos cantons qui est aussi invité à écouter la voix de Celui qui parle pour nous donner « un avenir et une espérance » (Jér 29.11). Et il y a fort à parier que si vous prenez ce temps de la prière, le Seigneur vous dira quoi faire et avec qui. Vous pourrez aussi discerner à qui proposer une formation et peut-être comment le ou la soutenir. O

 

Par David Bouillon,
Professeur HET-PRO en Théologie pratique et spiritualité

Théologie et Église : pourquoi une étude sur le paysage évangélique romand ?

Une étude sur la cartographie et le développement des églises vient de paraître aux éditions SCRIPSI, dans le but de promouvoir la multiplication d’Églises évangéliques en Suisse Romande. Entretien avec Nirine Jonah, professeur HET-PRO et auteur.

C’est la rentrée !

Plus de 50 étudiants se retrouvent ce matin pour une magnifique semaine de rentrée académique. Ils seront rejoints par 40 autres étudiants la semaine prochaine. La Théologie appliquée marquée par la foi, l’expérience et l’amitié, c’est (re-)parti!

James Morgan à la conférence internationale de la SBL

James Morgan participera au colloque international de la Society of Biblical Literature qui se tiendra à Rome du 1 au 5 juillet 2019.

Les Manuscrits de la Mer Morte au lendemain de leur 70e anniversaire

Antony Perrot, chargé de cours HET-PRO et auteur, nous présente en vidéo le livre à paraître le 24 juin 2019.

    Informations pour les candidats

    Conditions d'admission

    Tout candidat doit répondre aux exigences suivantes :

    Culture générale
    Maturité pro ou équivalent (maturité gymnasiale, diplôme de culture générale, etc.)
    Pour les plus de 25 ans : démontrer un niveau de culture générale équivalent à une Maturité pro.

     Expérience pratique (hormis les étudiants en Cursus Découverte et Certificat en Culture Biblique et Chrétienne)
    15 semaines équivalent plein temps, dont au minimum :
    6 semaines en continu dans une Église ou ONG chrétienne
    4 semaines dans un autre type de structure

    Aptitudes personnelles
    Dossier de candidature
    Entretien individuel

    Bachelor :

    Règlement d’admission Bachelor

    Master :

    Règlement d’admission Master

    Obligations des candidats provenant de pays hors espace Schengen

    Nous encourageons l’ensemble des candidats à suivre une formation dans leur pays ou sur leur continent, puisque nous demandons qu’un candidat ait au moins accompli une année dans un Institut biblique, avant de commencer une formation à la HET-PRO.

    Pays hors-espace Schengen

    Nos autorités politiques exigent des candidats aux études provenant d’un Etat tiers:

    • qu’ils aient moins de 30 ans
    • qu’ils soient en mesure de financer eux-mêmes et par avance la totalité des frais de leur 1ère année académique (9 mois)

    La Confédération Helvétique (Suisse) considère que la totalité des frais d’une année académique inclut:

    • l’écolage
    • les loyers
    • les permis de séjours
    • les différentes assurances (obligatoires)
    • la nourriture
    • les vêtements
    • et tout ce qui peut être nécessaire au suivi d’une formation

    Cela représente au minimum la somme d’environ 25’000.- Francs Suisses (CHF) pour neuf mois en vivant de manière très simple et économe. Il s’agit là d’un budget estimatif.

    Cette somme de 25’000 CHF représente par exemple:

    • 26’000 $ US
    • 134’400 Pesos argentins
    • 164’800 Yuans chinois
    • 2’820’000 Leks albanais
    • 13’000’000 Francs CFA

    Si cette somme ne peut pas être versée d’avance, aucune attestation ne peut être délivrée et par conséquence aucun VISA non plus. Il est impératif de prendre contact premièrement avec la représentation Suisse de votre pays (Ambassade, Consulat), dont vous pouvez trouver les coordonnées à l’aide du lien ci-dessous, afin de vous informer sur les différentes exigences liées à l’obtention d’un visa étudiant.

    http://www.eda.admin.ch/eda/fr/home/reps.html

    Informations personnelles

    * Champs obligatoires

    Choix de la formation

    * Champs obligatoires

    Formule souhaitée*

    Formation souhaitée*

    Bachelor - Orientation souhaitée*

    Année désirée pour commencer la formation