Menu

Portrait de la semaine : Dr. Michaël Gonin

Découvrez chaque semaine un nouvel enseignant ! Michaël Gonin, passionné par la question du sens et des valeurs, vient d’être nommé Professeur HET-PRO en Éthique. Portrait.

Pourriez-vous vous présenter ?

Bonjour ! Je m’appelle Michaël Gonin. Je suis marié et père de trois enfants.

J’ai passé la plus grande partie de ma jeunesse à Bienne, un pied en culture romande et un pied en culture alémanique, faisant notamment mes études (MBA avec mineure en théologie) à l’Université de Berne. Je suis venu à Lausanne pour mon doctorat en éthique économique (HEC Lausanne) et y suis resté depuis, à part un séjour en famille à Vancouver pour des études de théologie.

J’enseigne actuellement dans le domaine de l’éthique, des valeurs au travail et de l’entrepreneuriat social – et interviens comme conseiller et coach dans ces domaines. Des Églises m’invitent également pour des enseignements, notamment sur le thème foi et travail – toutes des activités que je me réjouis de poursuivre à côté de mon engagement à la HET-PRO.

J’aime les balades, la nature, la musique et la vie en général. La louange et les retraites personnelles représentent également des moments de ressourcement qui me sont précieux.

Quelles valeurs conduisent votre vie personnelle ?

Je suis profondément convaincu que l’amour, la paix, la justice et l’intégrité ne sont pas des concepts philosophiques, mais sont censés guider le concret de notre quotidien. Je suis bien loin de cet idéal, et donc reconnaissant pour la grâce de Dieu et heureux d’être en route sur ce chemin.

Quelle place donnez-vous aux besoins concrets de l’Église et de la société dans votre théologie ?

Notre foi n’est pas simplement une belle théorie ou un ticket pour le ciel ; elle est incarnée et se vit dans notre quotidien et nos choix ici-bas. C’est dans ce quotidien que nous agissons de manière fidèle – ou moins fidèle – au projet de Dieu pour le monde. Donc pour moi, la principale raison d’être de la théologie est d’aider les gens à répondre aux grands enjeux présents et futurs. Théologie, spiritualité et éthique sont, consciemment ou inconsciemment, au centre de chaque instant de notre vie avant d’être des disciplines académiques.

Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a conduit à postuler à la HET-PRO ?

C’est justement ce désir d’offrir un lieu de réflexion et de formation qui se veut pratique et en lien avec la vie quotidienne des croyants et de la société en général. Un lieu où la théologie est mise en lien avec les questions de politique, de société, d’écologie, de justice sociale, de famille, de travail, de consommation, de loisirs, de…. (liste non exhaustive : je me réjouis de la rallonger avec vous !)

Pourquoi cette chaire ? Que pensez-vous pouvoir y apporter de spécifique ?

Plusieurs raisons me poussent vers l’éthique :

  • L’aspect interdisciplinaire : L’éthique se fait et se discute en lien avec les autres spécialités. Par exemple, on ne peut répondre à la question « qu’est-ce qui est juste ? » dans le domaine économique sans connaissances économiques ; de même pour les enjeux d’environnement, de technologie etc. J’ai eu le privilège de collaborer avec des gens de nombreux domaines pour en cerner certains enjeux – et je me réjouis de continuer à travailler en interdisciplinarité.
  • L’aspect pratique : La grande philosophie ne m’intéresse que dans la mesure où elle peut m’aider à répondre aux questions et défis concrets auxquels font face les croyants et les non-croyants. J’espère transmettre aux étudiants un bagage académique orienté vers la pratique, qui leur permette d’identifier et de résoudre les défis (petits et grands) rencontrés au quotidien.
  • L’aspect personnel : Il ne s’agit pas tant pour moi de trouver la réponse à la question « qu’est-ce qui est juste ? » mais bien de savoir comment personnellement je peux vivre une vie « plus juste » autant que faire se peut et d’aider mon entourage et la société dans laquelle je vis à tendre à ce désir de justice au sens large du terme. J’espère ainsi m’approcher des étudiants non seulement avec des concepts, mais aussi avec ma propre expérience, mes propres questions et mon propre cheminement (et mes échecs) vers une vie « plus juste ».
Qu’avez-vous ressenti à l’annonce de votre nomination ?

La reconnaissance d’abord de pouvoir développer dans le cadre de mon activité principale une réflexion explicitement chrétienne sur les grands enjeux de société, de justice, d’éthique, d’église, de mode de vie individuelle et communautaire, ainsi que de pouvoir participer humblement à la formation rigoureuse et pratique de la génération suivante.

La reconnaissance ensuite de pouvoir rejoindre le projet HET-PRO : un projet académique construit dans la foi, innovant, ambitieux, professionnel, et au service de l’Église et de la société.

La reconnaissance enfin de pouvoir développer à moyen-terme des activités au sein de la HET-PRO qui s’adressent à toutes les personnes désireuses de réfléchir au lien entre leur foi et leur quotidien – et pas seulement à celles qui se destinent à un engagement particulier au service direct de l’Église. O

 

Publications de Michaël Gonin

Méditer les textes bibliques ? Oui ! Mais en hébreu ou en grec ?

De temps en temps on me demande pourquoi l’apprentissage des langues bibliques est obligatoire dans les écoles de théologie. Cette question est même posée par des pasteurs ! La plupart des étudiants ne me posent pas cette question, mais j’imagine qu’elle trotte parfois dans leur esprit. C’est pourquoi je compare cette partie de mon travail au travail de dentiste : douloureux sur le moment, mais extrêmement bénéfique à long terme.

Découverte d’un livre sur le corpus lucanien coédité par Dr. James Morgan

James Morgan, docteur en théologie et exégète biblique, cumule les casquettes. Professeur HET-PRO en Nouveau Testament, il est aussi lecteur de grec biblique à l’Université de Fribourg et auteur. Découvrons avec lui un livre passionnant sur le corpus lucanien auquel il a discrètement contribué.

La médecine comme don de Dieu – Réflexions de Basile de Césarée

Basile de Césarée (en Turquie actuelle), appelé aussi Basile le Grand (330-379 ap. J.-C.), est surtout connu comme étant un grand défenseur de la foi de Nicée contre l’arianisme, ainsi que pour ses œuvres sur le Saint-Esprit et la Trinité. Cependant, il nous a également légué un héritage important dans des domaines particulièrement d’actualité : les hôpitaux et la théologie de la médecine.

Antony Perrot nommé professeur en Ancien Testament à la FLTE

Antony Perrot, doctorant en sciences historiques et philologiques à l’EPHE-Sorbonne et chargé de cours en Ancien Testament à la HET-PRO, vient d’être nommé professeur en Ancien Testament à la Faculté Libre de Théologie Évangélique (FLTE) de Vaux-sur-Seine.

    Informations pour les candidats

    Conditions d'admission

    Tout candidat doit répondre aux exigences suivantes :

    Culture générale
    Maturité pro ou équivalent (maturité gymnasiale, diplôme de culture générale, etc.)
    Pour les plus de 25 ans : démontrer un niveau de culture générale équivalent à une Maturité pro.

     Expérience pratique (hormis les étudiants en Cursus Découverte et Certificat en Culture Biblique et Chrétienne)
    15 semaines équivalent plein temps, dont au minimum :
    6 semaines en continu dans une Église ou ONG chrétienne
    4 semaines dans un autre type de structure

    Aptitudes personnelles
    Dossier de candidature
    Entretien individuel

    Bachelor :

    Règlement d’admission Bachelor

    Master :

    Règlement d’admission Master

    Obligations des candidats provenant de pays hors espace Schengen

    Nous encourageons l’ensemble des candidats à suivre une formation dans leur pays ou sur leur continent, puisque nous demandons qu’un candidat ait au moins accompli une année dans un Institut biblique, avant de commencer une formation à la HET-PRO.

    Pays hors-espace Schengen

    Nos autorités politiques exigent des candidats aux études provenant d’un Etat tiers:

    • qu’ils aient moins de 30 ans
    • qu’ils soient en mesure de financer eux-mêmes et par avance la totalité des frais de leur 1ère année académique (9 mois)

    La Confédération Helvétique (Suisse) considère que la totalité des frais d’une année académique inclut:

    • l’écolage
    • les loyers
    • les permis de séjours
    • les différentes assurances (obligatoires)
    • la nourriture
    • les vêtements
    • et tout ce qui peut être nécessaire au suivi d’une formation

    Cela représente au minimum la somme d’environ 25’000.- Francs Suisses (CHF) pour neuf mois en vivant de manière très simple et économe. Il s’agit là d’un budget estimatif.

    Cette somme de 25’000 CHF représente par exemple:

    • 26’000 $ US
    • 134’400 Pesos argentins
    • 164’800 Yuans chinois
    • 2’820’000 Leks albanais
    • 13’000’000 Francs CFA

    Si cette somme ne peut pas être versée d’avance, aucune attestation ne peut être délivrée et par conséquence aucun VISA non plus. Il est impératif de prendre contact premièrement avec la représentation Suisse de votre pays (Ambassade, Consulat), dont vous pouvez trouver les coordonnées à l’aide du lien ci-dessous, afin de vous informer sur les différentes exigences liées à l’obtention d’un visa étudiant.

    http://www.eda.admin.ch/eda/fr/home/reps.html

    Informations personnelles

    * Champs obligatoires

    Choix de la formation

    * Champs obligatoires

    Formule souhaitée*

    Formation souhaitée*

    Bachelor - Orientation souhaitée*

    Année désirée pour commencer la formation