Menu

L’Église, à la croisée des cultures

Les églises suisses rencontrent de plus en plus de défis liés à la réalité multiculturelle et le nombre des églises issues de la migration est en constante évolution en Suisse romande. Elles cherchent à vivre communautairement l’Évangile en intégrant des aspects culturels différents tout en gardant leur propre culture.

Lors de la journée d’étude en missiologie, le 6 octobre dernier, des intervenants qualifiés ont abordé ce thème en considérant la question suivante : Comment les églises suisses et issues de la migration peuvent-elles intégrer les aspects multiculturels sans renier leur culture ?

 

Les défis multiculturels de l’Église 

Les églises locales sont appelées à témoigner de leur foi en Jésus-Christ dans une société de plus en plus multiculturelle. Ainsi, elles sont impliquées dans l’accueil des migrants pour leur apporter un soutien tant spirituel que matériel. Elles peuvent alors devenir des références pour une intégration durable. Dans ce sens, les églises issues de la migration occupent une place particulière car elles font partie des premiers espaces vers lesquels les migrants se tournent. Une autre implication pour les églises locales consiste à promouvoir, non pas une culture particulière mais les réalités du royaume de Dieu à venir. Pour cela, une bonne articulation entre Evangile et culture basée sur l’incarnation de Jésus-Christ est nécessaire.

Concernant la diversité culturelle au sein des églises, deux éléments sont à relever. Premièrement, la lecture de la Bible par les chrétiens du Sud rend plus attentif à certains textes moins considérés ou interprétés autrement en Occident. Mais comme la compréhension du texte de l’Ecriture doit tenir compte de son contexte culturel propre pour sa juste application dans un contexte culturel local, l’enjeu de l’interprétation biblique demeure important.

Deuxièmement, malgré l’apport des chrétiens du Sud dans le christianisme occidental, par leur présence et l’expression culturelle de leur foi, les difficultés d’intégration dans une église suisse ainsi que le risque pour les églises issues de la migration d’être à l’écart restent toujours des défis.

 

Quelques pistes pratiques 

Plusieurs pistes ont été proposées. On peut citer : une approche holistique et multiculturelle parmi les migrants à Bienne, une collaboration « intercultuelle » d’une église chinoise dans un lieu réformé à Lausanne, une démarche interculturelle au travers des activités et du fonctionnement structurel dans une église suisse à Gland, une sensibilisation pour l’interculturalité ecclésiale inspirée par l’exemple de l’Eglise évangélique vaudoise du Piémont.

Ces pistes pratiques peuvent servir à dépasser les malentendus, les préjugés, les hostilités relevant de cultures qui ont façonné différemment les uns les autres et de développer des stratégies afin de permettre aux églises suisses ou issues de la migration de vivre la réconciliation, et de créer des liens dans une société multiculturelle.

 

Une tendance ?

Malgré la complexité du sujet, une tendance semble se dégager au travers des interventions évaluées riches, variées, stimulantes et concises.

Dans la situation actuelle, l’Eglise, à la croisée des cultures, est invitée à passer de la multiculturalité (dans le sens du « côte » à « côte ») à l’interculturalité (dans le sens d’« être avec ») pour la gloire de Celui qui est le seul à pouvoir réunir toutes les cultures, les langues, les ethnies.

Nirine Jonah, professeur HET-PRO

Un nouveau partenariat

Depuis la rentrée académique de septembre 2018, la HET-PRO a mis sur pieds un partenariat avec les Groupes Bibliques des Écoles et Universités (GBEU). Nous avons décidé de poser quelques questions au Secrétaire général des GBEU Colin Donaldson.

Conférence identité

Lors d’une conférence intitulée « L’identité humaine, une affaire de neurones ? », la médecin-cheffe Stéphanie Clarke (prof. UNIL) et le théologien Jean Decorvet ont proposé un éclairage chrétien sur l’identité humaine dans un dialogue fécond entre sciences et théologie.

Les Réformateurs et la crise du travail

Alors que les burn-out et réorientations professionnelles se multiplient, la question du sens du travail devient urgente. Mais est-elle nouvelle? Un petit tour dans les textes des Réformateurs montre que leurs compatriotes aussi se posaient des questions – et qu’ils ont tentés d’y répondre. Que peut-on en apprendre.

BNTS: James Morgan à la St Mary’s University à Londres Twickenham

James Morgan a présenté une partie de son projet de livre sur Hérodote et Luc à la conférence annuelle de la British New Testament Society.

    Informations pour les candidats ne résidant pas en Suisse

    Règlement d'admissions pour candidats ne résidant pas en suisse

    Nous encourageons l’ensemble des candidats à suivre une formation dans leur pays ou sur leur continent, puisque nous demandons qu’un candidat ait au moins accompli une année dans un Institut biblique, avant de commencer une formation à l’Institut Biblique et Missionnaire Emmaüs.

    Pays hors-espace Schengen

    Nos autorités politiques exigent des candidats aux études provenant d’un Etat tiers:

    • qu’ils aient moins de 30 ans
    • qu’ils soient en mesure de financer eux-mêmes et par avance la totalité des frais de leur 1ère année académique (9 mois)

    La Confédération Helvétique (Suisse) considère que la totalité des frais d’une année académique inclut:

    • l’écolage
    • les loyers
    • les permis de séjours
    • les différentes assurances (obligatoires)
    • la nourriture
    • les vêtements
    • et tout ce qui peut être nécessaire au suivi d’une formation

    Cela représente au minimum la somme d’environ 25’000.- Francs Suisses (CHF) pour neuf mois en vivant de manière très simple et économe. Il s’agit là d’un budget estimatif.

    Cette somme de 25’000 CHF représente par exemple:

    • 26’000 $ US
    • 134’400 Pesos argentins
    • 164’800 Yuans chinois
    • 2’820’000 Leks albanais
    • 13’000’000 Francs CFA

    Si cette somme ne peut pas être versée d’avance, aucune attestation ne peut être délivrée et par conséquence aucun VISA non plus. Il est impératif de prendre contact premièrement avec la représentation Suisse de votre pays (Ambassade, Consulat), dont vous pouvez trouver les coordonnées à l’aide du lien ci-dessous, afin de vous informer sur les différentes exigences liées à l’obtention d’un visa étudiant.

    http://www.eda.admin.ch/eda/fr/home/reps.html

    Conditions d'admission

    Tout candidat doit répondre aux exigences suivantes :

    Culture générale
    Maturité pro ou équivalent (maturité gymnasiale, diplôme de culture générale, etc.)
    Pour les plus de 25 ans : démontrer un niveau de culture générale équivalent à une Maturité pro.

     Expérience pratique (hormis les étudiants en Cursus Découverte et Certificat en Culture Biblique et Chrétienne)
    15 semaines équivalent plein temps, dont au minimum :
    6 semaines en continu dans une Église ou ONG chrétienne
    4 semaines dans un autre type de structure

    Aptitudes personnelles
    Dossier de candidature
    Entretien individuel

    Règlement d’admission (PDF)

    Informations personnelles

    * Champs obligatoires

    Choix de la formation

    * Champs obligatoires

    Formule souhaitée*

    Formation souhaitée*

    Bachelor - Orientation souhaitée*

    Année désirée pour commencer la formation